INEXENS

DES RENCONTRES EURO MEDITERRANEENNES SUR LES SAVOIRS

Nous sommes actuellement trois à travailler sur le dossier de présentation final du projet d'événementiel programmé pour fin 2010 à Nice. C'est un véritable travail, ardu, difficile à synthétiser tant le projet est ambitieux et varié. Au sein de l'équipe, je fournis les éléments qui depuis un an ont fructifié dans mon esprit pour donner naissance à cette aventure. Morceaux choisis :

Projection : Fin 2010 : De plusieurs pays méditerranéens, des philosophes, scientifiques, chercheurs, chefs d’entreprise, dirigeants, écrivains, artistes, théologiens, scolaires convergent sur la Côte d’Azur le temps d’un Festival destiné au grand public. Ils viennent témoigner de l’essor commun de la Région recouvrant l’ensemble des pays méditerranéens à travers une multitude d’exemples contemporains.
Changement climatique, développement durable, santé, ressources naturelles, nouvelles technologies, industries, agriculture, recherche fondamentale, géopolitique, biodiversité,…, des coopérations euro méditerranéennes se multiplient qui détiennent des clés inédites concernant notre devenir. Quelles sont ces clés ? Que nous révèlent-elles ? En quoi les rassembler ouvrirait-il de nouvelles perspectives pour notre avenir ? Pour quels enjeux fondamentaux concernant notre existence ?


Le pari du Festival : Dans les 10 prochaines années en Méditerranée notre devenir va se jouer à travers une série de parties de dés qui ne devront rien au hasard. Les acteurs incarnés par de nombreux entrepreneurs, le vaste terrain géographique rassemblant l’ensemble des rives, les risques majeurs auxquels nous allons communément être exposés interdisent la plus petite erreur d’appréciation comme d’action dans ces parties. DEFISMED est un projet qui a pour objectif de réunir publiquement pour la première fois une partie de ces joueurs œuvrant principalement à travers des coopérations euro méditerranéennes existantes. Ils viendront témoigner non seulement des enjeux auxquels ils s’efforcent de faire face mais également des implications profondes de leurs actions pour notre existence. A travers un Festival sont présentés des expositions, films, théâtres, conférences, débats avec un grand Carrefour rassemblant ces porteurs de connaissances. Diffusé sur Internet, ce Festival s’impose comme le rendez-vous incontournable d’une Méditerranée en construction autour de ses connaissances partagées et de son esprit d’entreprise.


Griffonnée sur une feuille de papier, une partie de ces mots demeurera dans le texte final. De même concernant la projection de l'événement avec ses temps forts :

 Un lieu central phare et plusieurs villes

LE FESTIVAL AU PALAIS DES CONGRES DE NICE ACROPOLIS Un complexe mondialement reconnu Respectivement créé en 1954 et 1984, Acropolis-Expositions et Acropolis-Congrès forment le complexe Nice Acropolis. Certifié ISO 9001, le Palais des Congrès et des Expositions Acropolis a accueilli près de 3 000 manifestations qui ont drainé plus de 7 millions de personnes. Ses atouts ont été salués par de nombreux prix. Le Palais des Congrès a été élu « premier Palais des Congrès d'Europe » durant trois années consécutives !

Une importante capacité d'accueil Situé en plein centre de Nice, à 15 minutes de l'aéroport, l'ensemble Acropolis-Congrès et Acropolis-Expositions met à disposition : 5 auditoria de 250 à 2 500 places, 50 salles de réunion de 20 à 800 places et 26 000 m2 d'exposition.

 Pour la première fois seront réunies des coopérations euro méditerranéennes savantes : A de rares exceptions, aucune n’a jusqu’à présent diffusé ses recherches à travers un événement grand public. Qui plus est, celles-ci seront rassemblées en un seul événement.

 Intervention de personnalités de référence en Méditerranée : Anciens diplomates, savants, écrivains, philosophes,… ils viendront témoigner d’une Euro Méditerranée en construction

 Présence d’entrepreneurs euro-méditerranéens de référence : Chefs d’Entreprises et Managers, représentants d’Etats, animateurs culturels, ils viendront se rencontrer et partager leurs expériences et besoins

 Une synergie entre champs de connaissance euro méditerranéens : Au-delà d’un simple rassemblement, les chercheurs réunis vont se rencontrer publiquement et partager leurs travaux. De nouveaux horizons vont s’ouvrir et, pourquoi pas, de nouvelles coopérations.

 Des défis mesurés par le grand public : Les défis relevés par le Festival auront été identifiés par le grand public en amont à travers des expérimentations dans les écoles et associations, et seront suivis en aval du Festival, permettant de mesurer l’importance des interdépendances

Cela fait rêver. Pour transformer ce rêve en réalité, les étapes sont encore nombreuses. Parmi la multitude de contacts que j'ai pris, une très grande majorité a donné suite à ce projet en apportant ses réseaux, son actualité, ses suggestions. C'est insuffisant pour concrétiser l'événement et j'en ai bien conscience. Le "nerf de la guerre" demeure bien l'accueil que les potentiels financeurs voudront bien apporter à ce projet.

la thématique choisie pour la 1ère édition devrait tourner de "Avis de tempête sur notre Méditerranée. L'objectif est de montrer comment les coopérations euro méditerranéennes oeuvrent pour empêcher un certain nombre de risques de se réaliser :
Les populations :

La prévention des risques de conflits entre les rives : Religieux Géopolitiques Humanitaires

La réduction du déséquilibre technoscientifique Nord/Sud : Nouvelles technologies Recherches fondamentales Information et éducation

La prévention des risques sanitaires : Virus et maladies émergentes Les révolutions thérapeutiques

Quel patrimoine euro méditerranéen allons-nous préserver ? Patrimoine immatériel Patrimoine intellectuel Patrimoine matériel (avec la préhistoire)

L’environnement :

La prévention des risques environnementaux : Changement climatique Risques naturels Biodiversité

La prévention des risques de pénuries en méditerranée : Alimentaires Energétiques Eau

Pour mener à bien et avec la plus grande rigueur ce projet, un Comité scientifique se développe dont je suis fier dafficher les noms ici. Je leur dois déjà à la plupart beaucoup :
société » du CNRS auprès de la Présidence. Diplômé de l’école des Hautes Etudes Commerciales (1972), titulaire d’un DEA de l’Université de Paris et du Programme doctoral HEC (1989), il a été Auditeur de l’Institut des Hautes Etudes de l’Entreprise en 2004. De 1997 à 2005, il exerce les fonctions de directeur des publics, puis directeur du développement de la Cité des Sciences et de l’industrie (stratégie marketing, affaires européennes et développement), Bernadette BENSAUDE-VINCENT, philosophe et historienne française, Professeur d'histoire et de philosophie des Sciences à l’Université Paris Ouest-Nanterre et IUF Isabette BRIANSO, Attachée Temporaire d´Enseignement et de Recherche en sciences de l´information et de la communication à l´Université de Saint-Quentin-en-Yvelines, Coordinatrice du Label " Forum Unesco: Université et Patrimoine" pour le Master ICC (Ingénierie de la Culture et de la Communication: médiation des savoirs scientifiques, organisation déventements et d’espaces culturels) de l´UVSQ Pierre CARREGA, Professeur à l’Université (Nice – Sophia Antipolis), Agrégé de géographie spécialisé en climatologie, président de la Commission « Climat et Société » du Comité National Français de Géographie Bernard CHEVASSUS-AU-LOUIS, Normalien, Agrégé de sciences naturelles, Docteur en sciences de l’Université Paris 11, Inspecteur général de l’Agriculture et membre du CGAAER (Conseil général de l’Agriculture, de l’Alimentation et de l’Espace Rural) après avoir été de 1976 à 2007 Chargé puis Directeur de recherches à L’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique). Il a été de janvier 2002 à janvier 2006 Président du Muséum National d’Histoire Naturelle après avoir présidé le Conseil d’Administration du CNEVA (Centre National d’Etudes Vétérinaires et Agroalimentaires) puis de l’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments) de 1997 à 2002, Michel CLAESSENS, Docteur ès sciences, Chef de l'Unité Information et communication de la Direction générale de la recherche de la Commission européenne Jean François COUSTILLIERE, contre-amiral en retraite, directeur de JFC Conseil, dédié aux questions méditerranéennes, Président de l'association Euromed-IHEDN dont la vocation est d'entretenir le réseau des anciens auditeurs des sessions internationales Euro-Méditerranée de l'Institut des hautes études de Défense nationale, directeur, et président du Conseil d'orientation, de l'association Horizons Méditerranée Vincent DUCLERT, professeur à l'École des hautes études en sciences sociales, maître de conférences à l'ENA. Il a été entre 2004 et 2009 le responsable des pages livres du magazine La Recherche Gianni GIARDINO, Physicien, membre fondateur des "Bar des Sciences", Directeur du Master-professionnel "Ingénierie de la Culture et de la Communication (ICC) : médiation des savoirs scientifiques, organisation d’évènements et d’espaces culturels" ( http://www.sacim.uvsq.fr ) et Directeur du département "Sciences, Arts, Culture, Innovations etMultimédia" (SACIM) de l'université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ). Chercheur permanent au Centre d'Histoire Culturelle des Société Contemporaines (CHCSC) de l'UVSQ. Chercheur associé au Laboratoire de Didactique et d'Epistémologie des Sciences (LDES) de l'université de Genève, groupe « Recherches et productions en médiation scientifique », André GIORDAN, professeur de didactique et épistémologie des sciences à l'université de Genève, commissaire de l'exposition du centenaire du Musée océanographique de Monaco, Henri GIORDAN, ancien directeur de recherche au CNRS et chargé de conférences à l’EHESS, il s’est spécialisé depuis plusieurs années, dans l’étude pluridisciplinaire des minorités linguistiques européennes. Il est l’auteur du premier rapport officiel sur les langues et cultures régionales de France, Démocratie culturelle et droit à la différence : rapport présenté à Jack Lang, ministre de la Culture, Paris, La Documentation française, 1982. Il a effectué des missions d’expertise auprès du ministère français de la Culture, de la Commission européenne, de l’Unesco, de l’OCDE et du Conseil fédéral de la Confédération suisse. Il a créé, en 2007, avec le ministère de la Culture français, un portail internet, Langues d’Europe et de la Méditerranée (LEM), http://portal-lem.com/fr/index.html, Jean JOUZEL, directeur de l'Institut Pierre-Simon Laplace (IPSL), chercheur au Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (UVSQ-CEA-CNRS), et directeur de recherche au Commissariat à l’énergie atomique, il a été vice-président du premier groupe de travail du GIEC sur les principes physiques et écologiques du changement climatique récompensé par le Prix Nobel de la paix, médaille d'or 2002 du CNRS conjointement avec Claude Lorius, Jean-François MATTEI, Agrégé de philosophie, membre de l’Institut Universitaire de France, professeur à l’université de Nice-Sophia Antipolis et à l’IEP d’Aix-en-Provence. Auteur de plusieurs essais de philosophie politique. Michel PETIT, membre de l’Académie des sciences et membre Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), président du Conseil d’administration du Musée océanographique de Monaco Jean-Claude ROYNETTE. Doyen honoraire de la Faculté des Sciences d'Orsay. Université Paris-Sud 11, Président de Scientipole Savoirs et Société (http://www.scientipole-savoirs-societe.fr/scientipole_savoirs_societe), pôle de diffusion de la culture scientifique de l'Ile-de-France Sud créé à l’initiative de la Communauté d’Agglomération du Plateau de Saclay (CAPS) qui se propose de créer un lien nouveau entre les scientifiques et les habitants de la région et compte 12 membres fondateurs : CAPS, CEA, CNRS, Ecole Polytechnique, HEC Paris, INRA, ONERA, Société Générale, Synchrotron Soleil, Thales, Université Paris-Sud, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Pierre TAMBOURIN, Ancien élève de l’Ecole Polytechnique, directeur de recherche à l’INSERM, Directeur général du Genopole d’Evry, Georges WAYSAND, Physicien, vice-président d’Initiatives Citoyennes en Europe (ICE)

UN CONCOURS D'INTELLIGENCES

Les semaines qui ont succédé au précédent billet sur le projet DEFISMED, malgré la chaleur estivale, ont été guidées par une réflexion intense au bout de laquelle est née l'association DEFISMED que j'aurai l'honneur de présider. Cet engagement ne doit surtout pas occulter le début d'année qui a vu l'échec d'une initiative similaire. Se lancer à travers une association dans la création d'un événement aussi ambitieux nécessite une cohérence entre des intelligences diverses et motivées par des objectifs parfois radicalement différents. Les aspirations tranchent jusqu'à ce qui pourrait apparaître comme purement anecdotique. Illustrations: pourquoi "DEFISMED" ? Pourquoi intitulé le projet "Festival" ? Pourquoi le réaliser à Nice ? Quel intérêt d'impliquer des lycéens de toute la Méditerranée ? Pourquoi lui associer des animations culturelles et ne pas se focaliser sur les débats ? Quelle idée de créer un tel événement à l'heure où les budgets sont réduits ? Comment se fait-il que le projet fasse si "français", ne serait-ce qu'à travers son Comité scientifique ? etc.

Pour chacune de ces questions, j'ai une réponse, parfaitement criticable. Chacune d'elle a été soupesée en consultant mon entourage proche, des professionnels. Et puis DEFISMED (on ne prononce pas le "s") est née et progressivement un Conseil d'administration va tenter communément de construire le projet de manière cohérente. Les statuts affichent les intentions de l'association comme ils se doivent de le faire :

DEFISMED a pour objectif de : Développer une culture euro méditerranéenne, en explorant plus particulièrement l'univers des coopérations euro méditerranéennes dans de multiples champs de connaissances / Créer un Festival pérenne dédié à l’Euro Méditerranée et à ses développements à travers de multiples coopérations faisant appel à différents champs de connaissances, notamment les sciences, la médecine, les arts, la philosophie, l’histoire, etc., / Promouvoir des rencontres entre différentes représentants de ces champs de connaissance afin de développer une approche pluridisciplinaire de l’Euro Méditerranée dans ses développements modernes, et encourager de nouvelles formes de coopérations / Tenter d’établir une information régulière et exhaustive sur les publications faisant référence à l’Euro Méditerranée à travers ses coopérations faisant appel aux champs précités / Instituer une communication entre les chercheurs, les groupes de recherches et associations, dont l’objet est d’étudier l’Euro Méditerranée/ Entreprendre une approche critique des publications qui se créent autour des débats faisant référence à l’Euro Méditerranée / Rendre compte et favoriser les débats autour de l’Euro Méditerranée.


Ce qui représente une véritable aventure de l'esprit avec un tel projet, c'est les multiples tentatives de mariage que DEFIMSED va opérer entre de nombreuses intelligences. J'ai la chance de vivre quotidiennement ces rencontres qui enrichissent chaque fois un peu plus le projet. "Experts", lectures, prestataires, chacun(e) me renvoie à des questionnements auxquels je n'avais pas pensé, ou bien à des informations que je méconnaissais. Si les incertitudes sont encore nombreuses dans cet investissement, le doute n'existe pas. J'ignore encore aujourd'hui si l'événement que DEFISMED prépare s'appelera "Festival" ou bien même s'il aura bien lieu en 2010. Mais je veux croire que ce travail opère de manière mystérieuse une contribution qui va dans le sens de la construction savante d'une Méditerranée confrontée à des défis majeurs. Hier, un appel téléphonique m'informait de la prochaine clôture d'un appel d'offres lancé par l'Agence nationale de la Recherche sur le thème "Quelles recherches et quels partenariats pour la Méditerranée ?" N'est-ce pas là un nouveau signe fort de cette construction à laquelle j'aspire tant de mes voeux ?

Propulsé par DotclearDesign original nGrey revisité par SAGA