INEXENS

8e Forum sur le thème "Je soigne mon environnement et mon environnement me soigne"

Depuis 3 ans, je pense que cet événement qui me tient tant à coeur arrive à son terme. Et le miracle se produit : il se renouvèle, sans plus aucun soutien financier des pouvoirs publics. Qu'en ser-t-il l'année prochaine ? Vivons au jour le jour, et profitons une nouvelle fois de l'occasion que nous donne l'association SAPIENCE (dont on pourra lire le programme et découvrir une nouvelle fois la qualité des informations sur son site) de goûter les questionnements de nos chercheurs et experts avec deux plateaux une nouvelle fois remarquables.

Vendredi 22 octobre à 19 h 00

1er forum : CES PROGRES QUI DERANGENT MA SANTE Thème proposé : Pesticides, chimie, nanoparticules, ondes téléphoniques et Wi-Fi, biologie de synthèse, les sciences ne cessent d’inventer de nouveaux produits qui soulèvent des interrogations sur leurs effets prétendument toxiques. Qu’en est-il exactement ? Comment se repérer dans ce flot de controverses ?

Intervenants : André ASCHIERI, Maire de Mouans-Sartoux, vice-président de l’Agence française de sécurité sanitaire, de l’environnement et du travail (AFSSET), Mohamed BENAHMED, Médecin biologiste - Laboratoire de Biologie de la Reproduction du CHU de Nice, Directeur de recherche INSERM, Marie-Florence GRENIER-LOUSTALOT, Directrice de recherche et Déléguée régionale CNRS Côte d’Azur, Patrice HALIMI, chirurgien-pédiatre, co-fondateur de l'Association Santé Environnement France (ASEF)

Samedi 23 octobre à 15 h 00

2ème forum : ENVIRONNEMENT, ALIMENTATION : DES LENDEMAINS PLUS SURS ? Thème proposé : Comment pouvoirs publics, chercheurs et industriels travaillent-ils à rendre plus sains notre environnement et notre alimentation ? Comment est-il possible de vérifier la qualité de ces produits qui vont envahir notre environnement ? Quelles expériences peuvent-elles être mises en place par les pouvoirs publics permettant d’impliquer une veille des citoyens sur ce plan ? Intervenants: Jean-Eric AUBERT, expert, consultant auprès d'organisations internationales, Dorothée BENOIT-BROWAEYS, journaliste scientifique, animatrice de l’association Vivagora, Raoul CARUBA, Directeur du Réseau méditerranéen UNITWIN- Chaires UNESCO sur les ressources en eau sous l'égide des Nations Unies et de l'UNESCO, Créateur et Organisateur du Symposium International de l’Eau (Cannes), Michel CLAESSENS, Docteur ès sciences, Chef de l'Unité Information et communication de la Direction générale de la recherche de la Commission européen, Jean LEONETTI, député-Maire d’Antibes/Juan-les-pins

Des abeilles et des hommes

Thanh,

Je viens de terminer la lecture de ton ouvrage « Des abeilles et des hommes » en lui donnant la priorité comme je te l’avais dit il y a une dizaine de jours au téléphone. Incontestablement, c’est un livre référence pour moi et j’ai c’est en ce sens que j’inscris mes réactions sur mon site.

Je n’ai pas eu encore la joie de te rencontrer, et si les circonstances nous sont toujours favorables, j’espère bien réparer cette lacune prochainement. Ce qui fait la réussite de ton livre, c’est mon sentiment qu’il a été écrit pour moi. Je devrais bien sûr écrire « pour nous » (pardonne-moi cette première réaction égoïste) tant nous sommes nombreux à pouvoir nous reconnaître dans ta description des passeurs, hackers, etc. J’avais déjà lu il y a déjà près de 10 ans un ouvrage sur les créatifs culturels qui se référait à ces millions d’anonymes dans le monde qui œuvrent indépendamment pour les autres, pour leur environnement, bref, pour tout ce qui les dépasse. Je me souviens d’un exemple qui m’avait marqué avec cet Américain qui avait voué sa vie, jusqu’à engager toutes ses économies, à la protection des séquoias dont des sociétés de bucherons envisageaient un tout autre destin. S’il n’a jamais pu voir son engagement aboutir, l’histoire retiendra que son arrière-petite fille était guide du désormais célèbre parc (que je rêve de découvrir un jour). A la différence néanmoins de ce livre, le tien est très facile à lire.

Ta rencontre intervient après celle récente d’un passeur qui m’a émerveillé, Sébastien, et bien d’autres telle que Bénédicte qui m’a invité à te connaître.

Ton raisonnement est limpide, ce qui n’empêchera pas beaucoup d’acteurs de la société dirigeante de la moquer : notre monde, au bord du gouffre, ne pourra survivre que par l’intelligence collective initiée à sa base. Grâce à la technologie et notamment Internet, ceux qui autrefois agissaient isolés peuvent désormais unir leurs engagements. Et tu cites légitimement l’exemple de Wikipedia.

Thanh, je n’ai pas de légitimité supérieure à d’autres passeurs pour espérer que nos routes finissent par se rejoindre et que nous puissions ensemble développer un projet commun. Néanmoins, j’ai hâte de te rencontrer et partager avec toi ce projet un peu fou qu’incarne DEFISMED. Une grande partie de ce que tu décris se retrouve dans ce projet sans précédent : prendre conscience des urgences concernant notre environnement, accéder aux savoirs et les gérer, relier des femmes et des hommes de chaque côté des rives méditerranéennes, relier des recherches susceptibles de porter des clés pour relever les défis qui sont les nôtres, relier un monde de chercheurs et experts relativement fermé à une société civile encore immature mais dont émergent de plus en plus des citoyens s’efforçant de faire don de leurs qualifications à la communauté.

Avec l’appui de bénévoles, je suis en train de structurer un programme pour 2011 qui permettra à de nombreux acteurs de la société civile du nord et du sud méditerranéen de partager ensemble ce qui se joue au cœur de nos laboratoires, universités, entreprises, terrains, ce destin commun dans lequel nous sommes tous embarqué pour éviter le pire et aspirer au meilleur. DEFISMED met en place un site web 2.0, des rencontres publiques, des réseaux inédits, une communauté d’étudiants en master, une association avec des organismes de recherche de référence, etc. Alors oui, ton livre a le mérite de nous montrer combien nos engagements ne sont pas solitaires, combien nous sommes nombreux à vouloir contribuer à modifier les règles du jeu mondial, combien les outils nous permettent de réunir nos efforts, et combien nos actions sont essentielles à la survie de ce monde et à son épanouissement.

Je suis convaincu que nous pouvons réaliser de grandes choses ensemble, petites pour l’Histoire humaine et à l’échelle du globe, mais fondamentales pour alimenter ces rivières qui changeront le cours funeste de notre destin.

Pour conclure, ton livre en appelle un autre qui puisse illustrer concrètement tout ce qu’il est possible de faire, tout ce qui a commencé à être entrepris. En attendant, je t’écris à bientôt, et j’extrais du mot « hackers » son « k » pour l’apposer à ton prénom providentiel : « Thank ».

Propulsé par DotclearDesign original nGrey revisité par SAGA