Une fois n'est pas coutume, je souhaite décrire ici ce qu'est une journée de ma vie en semaine. Comment peut bien s'occuper celui qui conduit des projets aussi complexes et ambitieux que ceux s'efforçant de relier le monde des savoirs à celui de la société civile ? Certains dans mon entourage se posent la question. Il est vrai que DEFISMED occupe beaucoup de mon temps actuellement.

Je me lève généralement à 6 h 00, en même temps que ma belle fille de 12 ans. Je vais me raser alors tout en écoutant les dernières nouvelles à la radio. Puis je rejoins Samantha pour l'accompagner 15 mn à son petit déjeuner et parler des préoccupations d'une pré-adolescente. Par la suite je gagne mon ordinateur et là je lis 5 mn les récentes informations sportives qui sont une de mes faiblesses.

Ensuite j'enchaine sur les courriels de la veille au soir ou de la nuit qui me sont arrivés et que je lis avec les documents joins parfois. J'y réponds. Puis je consulte mon planning et découvre les taches que je me suis assignées, notamment lorsque je n'ai pas de rendez-vous. C'est l'heure où Samantha part au collège, vers 7 h 00.

Pendant une heure, j'organise mon prochain planning pour les jours et semaines qui viennent, en fonction généralement de mon travail et de mes rendez-vous de la veille. Puis j'écris une dizaine de courriels correspondants aux projets sur lesquels je travaille. Lina, ma compagne, rentre vers 8 h de sa tournée d'infirmière de nuit. Nous prenons ensemble le petit-déjeuner 20 mn et Lina va récupérer en allant dormir 2 à 3 heures.

Généralement, de nouveaux courriels me sont parvenus auxquels je tente de répondre rapidement. Les premiers appels téléphoniques sont lancés et les courriels ne cessent de s'accumuler. Site Internet DEFISMED en cours de création avec sa charte graphique, nombreux contacts en cours sur des partenariats culturels au Festival, DEFISMED EN HERBE avec les premiers groupes de lycéens consultés pur s'engager dans des enquêtes, dossier finalisant les recherches de financement, étudiants de Versailles, Toulouse, Aix-en-Provence, Nice associés au projet, nombreux sont les chantiers. Parallèlement, je travaille au 7e Forum "Sciences & défis du XXIe siècle", au IIIe Forum "Les religions à l'épreuve de la science" avec Sapience, et au 2e Colloque "Quand la science rencontre la société" avec Scientipole. Le Genopole d'Evry est intéressé au printemps 2010 pour rassembler 100 scolaires pour des rencontres sur Darwin, puis sur la bioéthique et m'en confie la tache.

Lorsque j'ai la chance de rester à domicile, je déjeune avec ma compagne 45 mn. Puis je sieste 20 mn tandis qu'elle s'endort 2 à 3 heures à nouveau. Pour ma part, j'occupe alors une partie de l'après-midi, dans la mesure du possible, au travail de fond des différents projets : lecture de dossiers, revue de presse, préparation des tables rondes, dévelopement du festival DEFISMED, ...

Puis les appels reprennent ainsi que les courriels, jusqu'à environ 16 h 30 où je m'arrête 20 mn pour retrouver Samantha et Lina autour d'un thé et goûter. Mon travail reprend 20 mn plus tard jusqu'à 18 h 30 où nous dinons avant que Lina ne reparte travailler. Alors, je reprends mon travail à 20 h 30 pour 2 heures environ.

Et bien vous penserez ce que vous voulez, mais c'est là une journée idéale dont je saisis tous les moments pour vivre pleinement le bonheur qui est le mien, avec toutes ses contrariétés et tracasseries.