Progressivement, les premières du Festival euro méditerranéen s'assemblent. Nombreux sont ceux au sein de mes relations qui découvrent le projet avec ce sentiment hésitant exprimé dans leur regard se demandant si j'ai basculé dans la folie ou si je suis en train d'investir dans un projet remarquable. Ma compagne aimée dans la vie s'accomode progressivement de ce chantier, elle qui ressentait tant de doutes à son commencement. Petit à petit, le projet se dessine, et à chaque trait supplémentaire, c'est un nouvel horizon qui s'ouvre, me contraignant à travailler de nouveaux contours.

Je me suis entouré d'un Comité de pilotage composé de 13 professionnels de l'événementiel, avec une majorité de femmes. Ils m'accompagneront dans ces choix à effectuer. Où réaliser ce Festival ? Sur quelle durée ? Avec qui ? La Méditerranée est vaste. Ses enjeux le sont tout autant. Qu'allons-nous devenir au sein de cette vaste Région dont le coeur est incarnée par une "Mare nostrum" comme l'appelaient les Romains ? Quels équilibres est-il possible de puiser dans les défis qui font communément face aux rives de cette mer, elle-même transformée par nos activités ? Comment nous préparer de manière homogène aux aléas grandissants du climat, à l'émergence de nouvelles maladies, à l'irruption de nouvelles technologies, aux peurs et croyances nouvelles, etc ?

Hier, j'étais quasiment simultanément en contact avec une commerciale d'un Palais des Congrès, un militaire influent dans l'Euro Méditerranée, un éditeur concerné par cette thématique, l'initiateur d'un Salon littéraire méditerranéen, le créateur d'une exposition consacrée aux langues méditerranéennes, une autorité représentative de la communauté musulmane et philosophe de référence. Ceci n'est qu'un petit aspect de ce chantier encore grossier mais dont chaque jour apporte des trésors de découvertes.

Pour tous ceux qui me font l'honneur de suivre mes confidences sur ce site, je souhaite leur faire partager ces petits bouts de mon univers à l'accent méditerranéen.