Ce texte émane d’un texte paru sur ce site le 14/01/09, repris et modifié

Depuis bien longtemps une nouvelle année n'avait pas été fêtée dans le monde avec ce sentiment bien présent que nous nous préparons à vivre des moments difficiles. A l'heure où la misère n'a jamais fait autant étalage de sa réalité que dans les faits et les esprits, j'ai été moi aussi insidieusement pris d'une envie folle de fuir cet effondrement, me réfugier dans mon microcosme et méditer sur les raisons qui poussent l'homme à vouloir nuire à tout ce qui l'entoure.

Le problème, c'est que j'appartiens à cette famille humaine qui ne peut voir le monde trembler sans agir. Bien loin de l'admirable implication d'une multitude de bénévoles qui œuvrent pour les autres sur le terrain, la mienne se situe plutôt dans l'esprit. Tout ce que j'ai acquis durant ces années de montage d'événementiels et de rencontres d'une grande richesse, comment pourrai-je l'utiliser pour le bien d'une société en panne de sens collectif ? Est-il seulement possible d'avoir la prétention de vouloir secouer cette société qui semble engluer dans des préoccupations individuelles bien légitimes le plus souvent ?

Ce qui est intéressant avec la crise que nous vivons, c'est de constater que ce genre de questions est partagé par d'autres tout aussi révoltés par cette crise et volontaires pour aider à en sortir. Mon privilège est peut-être à travers mon métier de penser sans cesse les synergies possibles. Ici, il s'agit de synergies personnelles. Des femmes, des hommes, investis parfois dans des missions prenantes, ont accepté de s'asseoir autour d'une table l'avant-veille de Noël afin de rêver à un autre monde, à une autre manière de l'appréhender. Le contexte culturel s'y prêtait bien que parmi nous siégeaient aussi juifs et athées. Et si nous nous sommes réunis, c'est que nous avions en commun un rêve fou que l'objectif était de rendre réaliste. Ce rêve, en 2009, nous avons définitivement choisi de le concrétiser dès à présent.

Et si nous mettions en place un événement de portée internationale qui permette au grand public de mesurer ses interdépendances avec d'autres pays à travers un certain nombre de connaissances, particulièrement en Méditerranée ? Et si ce Festival unique en son genre me permettait de d’inviter le grand public à voyager à travers ces connaissances méditerranéennes, que ce soit à travers des expositions, films, théâtres, réalisations scolaires, débats, conférences, Salon littéraire, etc. ?

Après de multiples concertations, le projet fait son chemin. Un Festival sur le thème de la Méditerranée et de son devenir constituera un événement de portée internationale où seront assemblées pour la première fois des connaissances historiques liées à cette Région du monde, fondatrices de coopérations entre les deux rives. Les connaissances ainsi exposées et examinées seront toutes porteuses d’aventures humaines qui témoignent de la construction régionale reliant les deux rives, que ces histoires soient passées, présentes ou à venir.

De nature scientifique, philosophique, religieuse, populaire, ces connaissances qui seront progressivement réunies nous dévoilent une Méditerranée encore méconnue, d’une vitalité pourtant étonnante, possesseur d’informations essentielles pour comprendre ce qu’il va advenir d’elle dans les années qui viennent, de ce que nous allons devenir. Chacun de ces chapitres, encore confidentiels ou déjà universels, témoignent de correspondances ou plus simplement de résonnances propres aux deux rives. Aux quatre coins de la Méditerranée s’échangent et se partagent depuis des lustres des trésors inestimables constitués d’inventions, d’observations, de découvertes, de pensées, d’innovations, croisements qui ont pris une forte densité avec nos moyens modernes, et sur lesquels repose une grande partie de l’essor commun de la Région. Véritable Carrefour de ce foisonnement d’intelligences en correspondances, le Festival euro méditerranéen proposera pour la première fois une vision d’ensemble de ces échanges et de ce qu’ils produisent. Il invitera ainsi le spectateur à mesurer dans l’espace comme dans le temps les liens culturels qui le rattachent à cette Région du monde. Après sa visite, c’est une autre Méditerranée qui se dessinera dans sa conscience, significative des interdépendances fondamentales et des équilibres vitaux fragiles qui lient ses peuples entre eux, et avec le reste du monde.

Un Festival euro méditerranéen sur nos connaissances n’a aucun sens s’il ne nous conduit pas à prendre conscience du rôle fondamental que nombre d’entre elles ont joué et joueront dans le destin commun de cette Région du monde. En quoi cette convergence des recherches peut-elle nous éclairer sur les défis majeurs auxquels la Méditerranée doit faire face aujourd’hui ? C’est là une question à laquelle le Festival tentera de répondre. Car la réalité que nous dessinent de récentes découvertes concernant l’avenir de notre Région est d’une brutalité sans précédent. Changement climatique, dégradations environnementales, insécurités sociales et sanitaires, innovations à risques, les informations accumulées récemment sont d’une telle gravité qu’elles nécessitent la mise en place urgente de coopérations savantes et politiques des deux rives. Toutes les intelligences au sein de la Méditerranée amorcent une mobilisation sans précédent pour réfléchir, innover, trouver, méditer les réponses susceptibles de faciliter l’essor commun de la Région. Le Festival proposera de suivre cette mobilisation et en partager les premiers fruits fondamentaux pour notre devenir.