Depuis quelques années, je prends un réel plaisir à découvrir les pages intérieures de nos journaux généralistes de portée nationale. Il ne se passe pas quasiment une journée sans que j'y découvre une information, parfois brève, qui vient un peu plus conforter mon sentiment que c'est AUSSI là que change notre monde. Avant de présenter plus loin quelques aspects de ces informations relativement discrètes, je voudrais à mon tour témoigner du malaise grandissant qui m'envahit à la lecture des premières de ces journaux ces derniers mois. Nos journalistes politiques semblent se délecter de plus en plus de la vie privée de nos dirigeants et de leurs petites phrases à l'égard d'un univers où semble régner, par ces temps électoraux, cette impitoyable envie de triompher pour soi-même. Cette médiatisation se heurte aux reportages appelant à notre esprit de citoyenneté, que celui-ci tende vers un peu moins de contribution au réchauffement climatique, un peu plus de civisme envers les défavorisés et toujours autant d'indulgence envers une système économique mal en point mais qui prône inéluctablement la croissance, mais si celle-ci croît de plus en plus vers la croyance. Les Bourses vacillent. Les mots ricochent dans les papiers réclamant la justice, le pouvoir d'achat amélioré, la dignité, bref tout ce que nous pouvons également entendre actuellement provisoirement sur les places de marchés parmi des candidats aux élections minicipaux qui, entre le stand fromage et celui des légumes, se font les champions.

Et pendant ce temps, les lecteurs assidus de la presse qui auront pu ou su dépasser ces premières pages quelque peu insignifiantes auraont pu découvrir il y a encore quelques jours que des chercheurs américians auraient cloné le premier embryon humain ou que d'autres aurianet conçu les premières bactéries artificielles. Bienvenue dans le monde de la recherche, celle qui possède quelques clés pouvant transformer nos marchés en stands futuristes où les candidats politiques vendraient le dernier progrès qui changerait notre existence ! Bientôt sur nos étales on pourra trouver aux côtés des aliments génétiquement modifiés de la viande clonée que les USA viennent d'autoriser. On achètera des piles à hydrogène qu'un industriel français s'évertue à confectionner. Et l'on pourra deviser sur la Constitution française qui aura intégré une réforme de la bioéthique où tout sera désormais possible aux sciences du vivant, à commencer par autoriser les mères porteuses et la recherche sur l'embryon.
Il y a des jours où l'avenir de notre république me paraît bien éphémère à travers la question de savoir si une ex future chanteuse mannequin doit représenter la France comme sa première dame...