La 5e édition du Forum "Sciences & défis du XXIe siècle" est déjà terminée depuis 9 jours. Difficile pour les visiteurs occasionnels ou pour les observateurs lointains d'imaginer l'intensité d'une telle organisation. Certes, ce n'est pas là le seul événement de cette dimension existant en France, loin de là ! Mais ce Forum réussit le pari d'être organisé sans moyens professionnels, uniquement par le dévouement d'une poignée de bénévoles de l'association Sapience avec l'appui de professionnels gérant le lieu où se déroulent l'ensemble des interventions. Il réussit la performance depuis 5 ans de ne compter sur aucun désagrément, le public et les intervenants étant rassemblés dans de bonnes conditions.
Jusqu'à présent, ce Forum était boudé par les pouvoirs publics, une grande partie de la communauté scientifique locale et un large public malgré la qualité de son programme et du contenu des débats. 2007 a vu une nette évolution. Tout d'abord, plus de 1 000 personnes ont suivi sur 3 jours les 7 tables rondes. Ce chiffre est relatif (comme tous les chiffres) mais il montre un réel progrès dans la fréquentation à Nice (qui double par rapport à l'année dernière). Ensuite, 2 représentants des pouvoirs publics (le vice-président du Conseil général 06 Alain Frère et le Député-Maire Jean Léonetti) ont participé à cette édition. Si l'on retient le visible intérêt qu'ils ont eu à débattre, il est naturel de penser que la formule les a séduits. Enfin, de nouvelles autorités scientifiques du département ont marqué publiquement un intérêt pour le Forum, ce qui n'était jamais arrivé auparavant.
Lorsqu'il y a 6 ans je présentais le projet du Forum à Anne-Marie Dumont, j'avais conscience des nombreux obstacles qui jalonneraient le montage de ce dossier. Par le dévouement et l'énergie de cette élue d'Antibes, une partie de ceux-ci ont progressivement été levée depuis la 1ère édition. Il en reste. Et paradoxalement, la qualité grandissante de cet événement qui ravit les scientifiques comme les non scientifiques ne fait pas que des émules. Les grincheux, voire les hostiles, vont sans aucun doute se manifester de plus en plus, considérant cette manifestation comme venant empiéter leur territoire. Je pense notamment à tous ceux qui voient d'un mauvais oeil les rencontres ouvertes entre public et chercheurs.
Mon pari il y a 6 ans avec INEXENS, illustré de manière la plus conséquente par ce Forum, résidait dans une formule en apprence simple : mettre en débat la recherche scientifique. Je ne cesse depuis ces années d'affiner ce concept tout en m'efforçant d'en convaincre mes interlocuteurs. J'ai la chance avec l'association SAPIENCE d'avoir des interlocuteurs qui en ont mesuré toute la dimension. "Mettre en débat" ne signifie pas simplement donner le micro comme je le vois bien souvent faire dans des rencontres publics. Ce n'est pas non plus jouer les animateurs vedettes dont les questions sont parfois plus lognues que les réponses des intervenants. Il y a une alchimie à créer entre les intervenants, alchimie que je prépare soigneusement plusieurs mois avant et que je dose sur place durant le débat.
Le Forum 2007 a été l'occasion pour moi d'initier une expérience à risque : celle de faire rire pendant les débats. Le dessinateur humoristique Cléd'12 a joué les troublions avec quelques dessins réalisés en direct avec 2 débats et projetés pendant leur déroulement, pour le plus grand plaisir des spectateurs ainsi que des intervenants. Je lui avais seulement demandé d'insérer ses dessins à dose homéopathique (si je puis dire pour la science...) pour ne pas trop troubler les débats. Il y a eu également l'intervention non annoncée de Norbert Aboudarham, ce physicien clown, qui est intervenu de manière audacieuse après la table ronde sur "Science et sens" lors de la clôture. Les rires du publics et ceux de Boris Cyrulnik à mes côtés ont été un beau moment de réjouissance. Ils ne feront cependant pas taire tous ceux qui méprisent ce mélange des genres, mais qui ne se déplacent jamais pour en constater la réussite.
Le Forum "Sciences & défis du XXIe siècle" nous a gratifié durant ces 3 jours d'échanges de haute tenue, toujours à la portée du grand public. J'aimerais en faire la retranscription. Pour tous ceux qui doutent, ou plus simplement qui ne mesurent pas encore tout ce que ce genre de rencontres apportent à notre compréhension de notre monde.