Je suis en train de lire un livre époustouflant concernant l'histoire de la recherche scientifique. Certes, ses plus de 400 pages ont de quoi freiner les ardeurs de nombreux lecteurs, mais je conseille néanmoins la lecture de ce livre à l'écriture clair et à la réflexion nourrie de nombreux exemples. La 4e de couverture donne le ton de ce livre : "C'est l'histoire de la profession dont dépend aujourd'hui le sort du monde. Une profession qui fait avancer le savoir et prétend n'être pour rien dans les conséquences qui en résultent (bombe atomique, clonage, nanotechnologies...). Près de quatre millions d'individus qui exercent des rôles aussi différents que ceux de chercheur, expert, stratège, diplomate, militaire, commerçant, industriel, espion, trafiquant, mercenaire, dans les allées du pouvoir, les états-majors et les conseils d'administration. A la fois guerriers et missionnaires de la paix, souvent prix Nobel ou médailles Fields, les scientifiques sont à la source des plus grandes mutations techniques et sociales. Très peu d'entre eux, tels Einstein et Sakharov, ont le courage de résister aux attraits et aux pressions du complexe militaro-industriel qu'ils nourrissent et dont ils sont tributaires. Entre pouvoir et savoir, Jean-Jacques Salomon nous fait découvrir une communauté du déni."

Les lecteurs découvriront au sein de ce livre combien la science actuelle ne ressemble plus à celle de nos ancêtres, tant par les technologies époustouflantes mises en oeuvre que par sa nature : la recherche scientifique aujourd'hui est en grande partie conduite par des industries. JJ Salomon nous montre comment cette mutation s'est opérée tout au long du XXe siècle avec notamment les développements de l'industrie militaire. Finis selon l'auteur les travaux désintéressés de scientifiques tels les Curie. Désormais, la plupart des chercheurs oeuvrent dans le monde milirao-économique avec tout ce que cela entraîne comme interrogations. Ces mêmes scientifiques seraient-ils investis dans leurs recherches pour le bien, non de l'humanité, mais de leurs firmes ? Pourraient-ils créer dans la seule obsession du profit de leurs dirigeants ? Les questions pourraient paraître brutales, mais les exemples abondent dans cet ouvrage où la limite éthique semble avoir été à maintes reprises franchies.

Ce qui agace plus que tout JJ Salomon, c'est le déni dans lequel s'enferment de nombreux scientifiques concernant les implications de leurs travaux. Selon ces derniers, il n'est pas du ressort de la science de s'inquiéter des conséquences de ses innovations. C'est un discours que j'ai personnellement entendu. JJ Salomon montre à travers de nombreux exemples que c'est cette même science qui oeuvre pour transformer notre existence en agissant lucidement sur toutes les conséquences de ses inventions.

L'ouvrage est vraiment passionnant et montre en réalité combien les chercheurs d'aujourd'hui, dans de nombreux cas, sont incapables de raisonner au-delà de leur bulle, comme le firent auparavant de si illustres personnages tels qu'Einstein ou Sakharov pour ne citer que ces exemples. le devenir de notre monde semble compartimenté dans des spécialités, sans cohésion entre elles, risquant de nous projeter dans un mur redoutable.

Selon JJ Salomon, seule une science citoyenne, c'est-à-dire faisant appel aux citoyens peut réorienter cette science libre de toutes dérives.

Qui est Jean-Jacques Salomon ? Philosophe et historien des sciences, Jean-Jacques Salomon est professeur honoraire au Conservatoire national des arts et métiers, a dirigé la Division des politiques de la science de l'OCDE et présidé le Collège de la prévention des risques technologiques. Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur les liens entre la science et la société.